« Vieillir c’est simplifier »

Daniel Thibault

Vieillir est un processus naturel qui concerne tout le monde. Le vieillissement physique démarre autour de 25 ans environ. Il se manifeste par une diminution progressive de la masse maigre (les muscles et les organes). C’est le chemin naturel et inéluctable de dégradation physique – psychologique qui affecte les capacités motrices et intellectuelles.

Bien que vieillir est une affaire de tous, nous nous y intéressons lorsque survient des changements physiques plus ou moins importants lié à l’âge ou à la maladie. Il se passe alors une rencontre entre soi et soi, entre le monde des apparences (notre vie sociale) et le monde de l’intériorité ( notre « nous » profond) – une prise de conscience parfois angoissante, mais nécessaire qui nous pousse à nous questionner sur le sens de notre existence : « Si je nais, et je meurs qu’est ce que je fais donc ici ? Alors, nous remarquons que Vieillir, c’est aussi faire l’expérience de la vie et du temps qui passe – vivre l’impermanence de notre vie où chaque règle et rôle se redistribuent sans cesse. C’est dans cette rencontre intérieure que la sophrologie intervient.

La sophrologie est bien plus qu’une science, c’est aussi une façon d’être au monde – un art de vivre, où le sophronisant (le pratiquant) apprend à vivre sa vie sans jugement avec un regard neuf. Comme une nouvelle naissance, séance après séance, le pratiquant fait l’expérience de son corps et de son esprit tel qu’il est. Par la prise de conscience de lui-même, il peut agir à donner le sens qu’il souhaite à sa vie, tout en s’adaptant à sa réalité objective. C’est par le mouvement, les exercices de respirations, des projections positives, une revisite positive du passé, un travail sur l’attention et la concentration que la sophrologie contribue au Bien Vieillir.

Finalement,  vieillir  avec la sophrologie c’est apprendre à accepter ce qui ne peut être changé – c’est abandonner  positivement ce qui n’es plus – c’est apprendre à trier l’utile de l’inutile – c’est s’aligner avec l’essentiel de sa vie – c’est lâcher la main au passé pour embrasser l’avenir au-delà du temps physique, vers plus de sagesse intérieure. C’est donc de faire l’expérience de capacités endormies, mais présente par l’expérience de la PRESENCE.